Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

L'Œil de Jérémy

Un œil sur la vie culturelle, l'autre sur les médias. Toujours critique, pas toujours objectif, mais jamais perfide (enfin pas trop).


Festival ODP Jour 3 : Catherine Ringer, Julien Doré et clôture

Publié par Jérémy Mercier sur 8 Juin 2017, 15:28pm

Catégories : #Musique, #Festival

Toutes les bonnes choses ont une fin, le troisième jour est donc le dernier du Festival ODP. Trois jours de bonne humeur, de partage, de musique et de fête, le tout bien sûr dans la solidarité. Tous les artistes ont souligné leur plaisir d’être là, au Festival ODP, pour le cadre mais surtout bien sûr pour la cause. Et comme nous l’avons évoqué dans les précédents articles, le public le leur rendait bien. D’ailleurs il a été au rendez-vous plus que jamais pour la troisième édition du festival, puisqu’ils (enfin nous) étaient 19 000 festivaliers sur cette édition, et le dimanche (jour 2) était pour la première fois complet avec 10 000 festivaliers présents ce jour ci. On a d’ailleurs pu constater qu’ils étaient nombreux à avoir pris un pass 2 ou 3 jours.

Ce lundi soir, après le passage du groupe Octave Noire, l’une des icônes de la musique française s’est emparé de la scène du festival : Catherine Ringer. Accompagnée de ses très talentueux musiciens, elle a alterné entre ses chansons récentes et celles de son groupe culte, Les Rita Mitsouko, qu’elle avait fondé il y a plus de trente ans avec l’homme de sa vie, le musicien Fred Chichin qui nous a quitté en 2007. Après avoir chanté une chanson écrite en hommage à Fred justement, elle a offert malgré elle un moment au public durant lequel l’émotion l’a gagné en tentant de parler de cette chanson. Celui-ci, dans le pur esprit du Festival ODP, l’a chaleureusement applaudi et encouragé, et la diva du rock français a repris de plus belle son répertoire avec l’énergie et la folie qui lui est propre. Le public a d’ailleurs été aux anges, puisque Catherine Ringer ne pouvait pas conclure son passage sans chanter les incontournables Marcia Baila et Andy. Ces deux tubes, et l’ensemble de la set list ont permis également d’apprécier la qualité des musiciens de la chanteuse, qui ont enthousiasmé le public par leur performance. Après près d’une heure de spectacle, Catherine Ringer a laissé la scène et un public chauffé à bloc pour le dernier artiste de la soirée et du festival et l’un des plus attendus, Julien Doré.

Crédits: Festival ODP/Studio Art Photographe

Crédits: Festival ODP/Studio Art Photographe

Si on savait d’avance que son passage serait l’un des temps forts du festival, on était loin d’imaginer ce qui nous attendait. Julien Doré soigne et bichonne (ndlr : voir le titre de son deuxième album) son public, même en festival. Car bien souvent les concerts des artistes en festival sont une version raccourcie de ceux en salles, ce qui est normal, mais bien souvent la scénographie passe à la trappe. Et bien là, ce n’était pas du tout le cas, puisque dès l’intro, la mise en scène nous plongeait dans son univers. Pour parfaire son entrée, il commence bien sûr avec Le Lac, et le public est déjà à fond dans les premières secondes. Entouré de la même équipe de musiciens depuis l’album précédent, Julien Doré jouera au public, qu’il fera beaucoup participer également, ses plus grands tubes comme Les Limites ou encore Kiss me forever, mais aussi les morceaux les plus récents, issus de l’album & ou du précédent, comme Paris-Seychelles. Il offrira aussi un beau moment de surprise (et de frayeur pour le pauvre agent de sécurité paniqué qui a dû lui courir après) en sautant la barrière pour aller chanter en traversant la foule jusqu’à la régie, placée au milieu du public. Il reviendra d’ailleurs sur scène en retraversant sur les épaules de l’agent de sécurité, le rendant ainsi visible de tous. Plus tard, il a été rejoint par son nouveau camarade le panda sur la chanson Coco Câline ; panda que nous reverrons à la toute fin du concert pour venir éteindre la mini moto (celle du clip de la chanson Le Lac) sur laquelle Julien Doré, vêtu de son blouson à tête de loup et de son casque à lunettes de pilote, a fait son entrée pour interpréter la dernière chanson de la set list. On ne vous dévoilera pas tous les détails, même s’il y en a déjà pas mal, car le show de Julien Doré a quand même duré une heure et demie, ce qui est extrêmement rare sur un festival. C’est que nous soulignions au début, tant dans la mise en scène et la qualité que dans la durée, Julien Doré offre à son public en festival une prestation similaire à celle en salle, et comme la plupart des artistes présents lors de ce Festival ODP, il offre aussi au public un inamovible sourire de joie et de satisfaction, achevant ces trois jours comme ils ont commencé : dans la bonne humeur, pour la bonne cause.

On attend désormais avec impatience la prochaine édition du Festival ODP, mais le travail de l’association ODP ne s’arrête pas là. Les pupilles orphelins des pompiers de France ont besoin d’eux, mais aussi de vous, toute l’année. Alors si vous en avez la possibilité, soutenez cette association par le don ou le bénévolat, même ponctuel, car elle fait un travail admirable pour que ces enfants puissent grandir dans les meilleures conditions possibles.

Crédits: Festival ODP/Studio Art Photographe

Crédits: Festival ODP/Studio Art Photographe

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents